13 Reasons Why : l’avis de la rédac’ sur la saison 4 !

La quatrième et dernière saison de 13 Reasons Why est dispo depuis quelques semaines sur la plateforme de streaming Netflix. Cette série, qui a pas mal fait parler d’elle au cours de ces dernières années traite de sujets sensibles : dépression, suicide, agressions sexuelles… Que vaut l’ultime saison du show adapté du livre de Jay Asher ?

Attention, spoilers dans l’article !

  • Une mauvaise narration

13 Reasons Why fait partie de ces séries qui étaient prévues pour une seule saison mais qui a été renouvelée grâce à son succès. Si la saison 2 faisait encore sens, ce n’est vraiment pas le cas de la saison 3 ou de la saison 4. Concernant cette dernière saison, nous n’avons même pas l’impression de regarder la même série. Le ton a complètement changé, et les scénaristes ont probablement arrêté de vouloir écrire quelque chose qui ait un véritable intérêt. Devant la saison 4, on se demande encore aujourd’hui, après avoir fini la série, où voulait-elle en venir ? Quel était son propos ? Nous ne le saurons probablement jamais, et pour cause, l’écriture est tout simplement mauvaise. Cette saison devait visiblement tourner autour du fait que Clay (Dylan Minnette) et ses ami.es (enfin ami.es… c’est pareil on ne sait jamais trop sur quel pied danser) ont piégé Monty (Timothy Granaderos) pour le meurtre de Bryce (Justin Prentice). Une vie d’adolescents tout à fait normale il va sans dire.

Pourtant, cette storyline semble laissée à l’abandon au profit de scènes et intrigues inutiles ou ridicules. Cette intrigue normalement principale est pliée en deux discussions en fin de saison. Winston (Deaken Bluman) décide de laisser tomber malgré les preuves qu’il a réunies (on ne comprend pas exactement lesquelles d’ailleurs mais à ce stade on ne devrait même plus s’attarder sur ce genre de détails), pareil pour Diego qui abandonne… Par amour pour Jess (Alisha Boe) ? Bref, 13 Reasons Why semble s’être perdue en chemin, s’emmêlant dans diverses intrigues secondaires qui étouffent complètement ce qui semblait pourtant être le coeur de la saison… Etait-ce très utile de faire tout une storyline sur la découverte des armes de Tyler (Devin Druid) par la police ? Absolument pas. De plus, ces intrigues grotesques décrédibilisent totalement le propos de la série (en a-t-elle vraiment un cette année ?), et si c’est quelque chose que nous pouvons accepter de la part de série comme Riverdale qui a toujours eu ce parti pris, il est plus difficile de le tolérer sur une série comme 13 Reasons Why qui se voulait quand même sérieuse et crédible afin de sensibiliser sur des thématiques importantes (suicide, viol…).

Autre symptôme de l’écriture médiocre de cette quatrième saison, l’insertion de nouveaux personnages. Contrairement à l’année passée avec le personnage d’Ani, ces nouveaux personnages sont plutôt intéressants et charismatiques. Pour autant, leur insertion est une véritable catastrophe… On essaie de nous faire croire que ces personnages ont toujours fait partie de la vie quotidienne des personnages que nous connaissons depuis la saison 1. C’est le cas de Diego (Jan Luis Castellanos) qui semble être une personne décente malgré qu’il ait été un des meilleurs amis de Monty (selon ses dires puisqu’en ce qui nous concerne on ne les a jamais vus ensemble). Nous avons également l’occasion de voir un peu plus Charlie (Tyler Barnhardt), qui, lui, avait fait son apparition en saison 3. Si ces personnages sont clairement des atouts pour la saison 4, leur traitement au départ est loin d’être réussi.

  • Quand on ne sait pas parler d’un sujet, il ne faut pas en parler

Comme les saisons précédentes, nous suivons principalement le personnage de Clay. Impossible de le nier, le personnage passe par un nombre d’épreuves assez incroyable tout au long de la série. Dans cette quatrième saison, le personnage perd complètement les pédales. Il a des hallucinations (plus qu’avant et bien plus inquiétantes que lorsqu’il voyait Hanna en saison 2), et nous apprenons au bout d’un moment qu’il souffre de trouble dissociatif de l’identité. Jusque là, pourquoi pas. Sauf que toutes ces choses sont mises sur le compte de l’anxiété de Clay. L’anxiété, c’est quelque chose dont une grande majorité de lycéens souffrent et dont une grande partie des adultes souffrent encore. Mais elle ne ressemble en rien à ce que nous montre la série. L’anxiété et le trouble dissociatif de l’identité peuvent être liés bien sûr, mais il ne s’agit tout simplement pas du même trouble, or, la série laisse entendre que c’est le cas. Une fois encore, 13 Reasons Why a perdu l’occasion de traiter le sujet de l’anxiété scolaire voire même des maladies mentales afin de sensibiliser son public… A la place, nous avons droit à quelque chose de bancal et pas très intelligent. Heureusement, la série montre une image positive d’un suivi psy puisque Clay consulte tout au long de la saison… Une thérapie qui l’aide visiblement beaucoup, ce qui marque un point positif de la saison.

Pour continuer, nous devons parler du fait que la série se veut LGBT+ friendly et beaucoup de médias la vendent comme telle. Pourtant, le traitement des personnages LGBT+ est loin d’être irréprochable… Pour ne parler que de la saison 4, il n’est quasiment jamais fait mention de bisexualité, du moins concernant Alex (Miles Heizer). Alex, qui, nous le rappelons, a passé plusieurs saisons éperdument amoureux de Jessica avant de se découvrir une attirance pour les hommes. En vérité, impossible de savoir si l’attirance existait déjà avant, et en soit il est aussi possible de voir sa sexualité évoluer (on peut ne plus aimer les femmes du jour au lendemain, surtout adolescent, les choses peuvent évoluer très vite). Le problème de 13 Reasons Why, c’est qu’elle ne traite pas les choses correctement… voire pas du tout. Rien de tout cela n’est expliqué/montré dans la série, qui pourtant, nous ne le répéterons jamais assez, elle avait quand même pour vocation de sensibiliser les plus jeunes. Il aurait donc été pertinent (oserons-nous même dire important), de traiter le sujet. Pour être juste, nous devons mentionner la scène du coming-out de Charlie à son père, qui est très réussie et marque un sans faute.

S’il ne s’agit pas du pire de 13 Reasons Why, nous devons mentionner l’épisode qui traite des violences policières et du racisme de la police. Si tout n’est pas à jeter dans cet épisode puisque le propos est juste (et actuel en plus de ça), il est dommage que le sous ton de cette séquence soit comique. En effet, lorsque les élèves décident de manifester contre la police et les nouvelles politiques mises en place dans leur lycée, la musique pop/rock et la réalisation donne un ton léger à la scène qui ne devrait pas l’être. Si le ton dramatique et le côté violent de ce genre de manifestation revient un peu plus tard dans la séquence, la globalité est un peu légère…

Dans le genre sujet mal traité, le pire de 13 Reasons Why réside en son dernier épisode. En effet, l’épisode a brisé le coeur des fans puisque Justin (Brandon Flynn) découvre qu’il est atteint du Sida dû à son passé d’addict et de prostitué. Il est impardonnable qu’une série comme celle-ci traite un sujet aussi difficile et important dans un épisode d’une heure (encore qu’on en entend parler que pendant 30 minutes). Nous ne mentionnerons même pas l’erreur des sous-titres français sur la traduction de « PrEP » en « préliminaires »… L’erreur a depuis été corrigée, mais elle est difficilement excusable. Sur la thématique du VIH, le nouveau CPE de Liberty High parle succinctement mais très justement des années Sida, c’est encore une scène positive que nous retiendrons de cette saison 4. Toutefois, elle nous montre également que ce personnage est sous exploité et aurait pu apporter une véritable valeur à la saison.

Dernier problème que nous relevons mais qui était déjà présent dans la saison 3, le discours sur le pardon dans la série est problématique. La série prône le fait que pour passer à autre chose nous devons pardonner aux agresseurs et c’est un discours dangereux. Personne n’a cette obligation, il est tout à fait concevable de ne pas vouloir pardonner aux personnes qui nous on fait du mal. Pire que ça, la série essaie d’éveiller de la compassion pour deux agresseurs et violeurs. C’est probablement le problème le plus grave de la série car c’est celui qui est traité et défendu le plus longtemps, et il n’y a jamais aucun discours pour le contre-balancer.

  • Une série définitivement m’as-tu-vu

Depuis la saison 1, 13 Reasons Why se fait reprocher son goût pour le m’as-tu-vu. La série est adaptée du livre de Jay Asher, et si dans ce roman Hanna se suicide avec des médicaments, la série a fait le choix de montrer une scène extrêmement graphique que nous n’allons pas décrire pour des raisons évidentes. Ce goût pour le buzz s’est confirmé de saisons en saisons, avec des scènes de violences en tous genres tout au long des quatre saisons. Cette année, il est vrai qu’il y a eu moins de scènes traumatisantes, mais la série n’a pas pour autant cessé d’en faire des tonnes. C’est le cas avec le personnage de Clay. Dylan Minnette joue très bien mais ses scènes sont bien trop nombreuses et l’impact est minime voire nul. De même, les apparitions de Bryce et Monty sont inintéressantes et ne sont là que pour le fan service voire pour nous donner de la compassion pour ces deux personnages pourtant détestables.

L’exemple le plus flagrant de cette saison reste tout de même la mort de Justin, qui intervient en fin de saison. C’est un secret pour personne, ce personnage est un grand favori des fans. Sa mort dans le dernier épisode n’est rien d’autre qu’un prétexte pour marquer les esprits et pour faire pleurer le spectateur. La série s’est ainsi offerte un dernier épisode inoubliablement dramatique. Ce n’est pas nécessairement une bonne chose…

Pour conclure, cette ultime saison de 13 Reasons Why est une plaie. Nous pourrions continuer à parler longtemps de tous ses autres défauts, concernant notamment le traitement de ses personnages (Tony, Tyler, Jessica…) mais cela serait sûrement une perte de temps supplémentaire. Nous ne savons pas trop si cette saison est pire ou égale à la précédente, mais nous sommes ravies de savoir que la série ne reviendra pas l’année prochaine. Non seulement la série n’a plus aucun intérêt, mais elle traite de sujets sensibles et importants de façon très superficielle, ce qui n’est définitivement pas acceptable d’une série qui s’adresse à des adolescents. Notre note 1,5/5, pour le cast et les quelques séquences positives.

Lizzie

Lizzie

Moi c'est Lizzie, accro au cinéma, aux séries, et à la littérature. Il paraît que je suis un mélange étrange de Monica Geller, et Jesse Pinkman. Perso je pense que je suis la dernière sœur Gallagher cachée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.